J’ai commencé à pratiquer le yoga il y a environ 1 an et je ne pourrais plus m’en passer puisque c’est maintenant quelque chose qui fait partie de ma routine quotidienne. Au départ, j’ai commencé à faire du yoga dans un gym parce que je voulais bouger un peu, mais sans faire de gros efforts physiques (je suis loin d’être sportive!). Je me suis vite rendue compte que pratiquer le yoga nous permet non seulement de rester en forme physiquement, mais nous permet aussi d’apprendre à nous connaitre et de prendre du temps pour nous. Pour commencer à partager cette passion avec les gens, j’ai décidé le mois dernier de faire une formation de yoga. Je souhaite partager les bienfaits du yoga et surtout faire connaitre la pratique aux gens. À force de faire du yoga, j’ai appris plusieurs choses sur la pratique et sur moi-même et, dans cet article, je veux partager avec vous 8 choses qui font partie de ma pratique de yoga.

1. Un moment pour soi

D’abord, faire du yoga est une façon de prendre du temps pour soi. Que ce soit une pratique de 10 minutes, 30 minutes ou 1 heure, c’est le temps de penser à vous. Lorsque j’arrive sur mon tapis pour faire ma pratique, je prends toujours 2 minutes pour laisser aller tout ce qui est négatif et laisser mes soucis de côté. Ensuite, je suis prête à commencer. On prend rarement du temps seul avec soi-même pour relaxer et prendre conscience de notre corps. Le yoga est une belle façon de le faire.

Voyez votre pratique de yoga comme un tête-à-tête avec vous-mêmes.

2. Le moment présent

Durant notre pratique de yoga, je trouve qu’il est important de rester le plus possible dans l’instant présent. Pour m’y faire, j’aime bien me concentrer sur ma respiration tout au long de ma pratique. Lorsque je focus sur celle-ci, mes pensées ne sont plus aussi présentes et mon cerveau est plutôt dans le présent. On peut aussi se concentrer sur notre corps lorsque la pratique devient plus exigeante physiquement. C’est plaisant de prendre conscience de la puissance de celui-ci lorsqu’on est dans une posture qui demande de la force.

3. Adapter les postures à son corps

Une des premières choses que j’ai vite comprise en yoga est que le but n’est pas de faire les postures comme on les voit sur Instagram (on veut tous mettre les deux pieds au sol en chien tête baissée avec les jambes non fléchies, mais le but n’est pas nécessairement d’arriver à faire cela). En fait, je suis plutôt du genre à penser qu’on doit adapter les postures à notre corps et non adapter notre corps aux postures. Chaque posture a des alternatives et chaque personne est différente. C’est normal .À n0us de trouver celle qui nous convient. Si je reviens avec l’exemple du chien tête baissée, c’est tout à fait correct de plier les genoux. Ce n’est pas “mauvais”.  Si ça ne fonctionne pas les deux pieds au sol, ce n’est pas grave. La posture est bonne quand même lorsqu’on plie les genoux et que nos talons sont levés!

4. Écouter son corps

Une autre chose qui me tient à coeur, c’est d’écouter son corps. Comme je l’ai dit au point précédent, si on n’est pas capable de mettre les deux pieds au sol lors du chien tête baissée, ce n’est pas grave. En adaptant la posture à notre corps, on fait preuve d’écoute. Si on n’écoute pas notre corps et qu’on essaie de le forcer à entrer dans une posture qui n’est pas pour nous aujourd’hui, on risque de se blesser. Et ce n’est pas le but. Il peut aussi arriver des journées où une telle posture sera facile à faire, tandis que le lendemain elle ne fonctionnera pas. C’est tout à fait normal aussi. Notre corps n’est pas pareil tous les jours et ses besoins ne sont pas nécessairement les mêmes. Il faut seulement l’écouter.

5. Langage positif

Lorsque j’arrive sur mon tapis pour commencer ma pratique, j’essaie toujours de garder en tête un langage positif. Certains jours sont plus difficiles que d’autres et c’est tout à fait normal qu’une journée on ne puisse pas faire une telle posture tandis qu’hier on la faisait sans difficulté. À cet instant, il est important de garder un langage positif même si ça peut être décevant. Gardez en tête que si vous avez un bon langage sur le tapis, il se reflétera dans votre vie quotidienne aussi. La façon dont on pratique reflète la manière dont on agit en dehors de notre tapis.

6. Jugement, attente, compétition

Sur notre tapis, il est important de se centrer sur soi. Il faut cesser de juger les autres et soi-même. Quand on pratique en classe avec d’autres personnes, on ne doit pas avoir de pensées comme: “Regarde! Elle n’est même pas capable de faire cette posture!” ou “Wow! J’aimerais vraiment être capable de faire cette posture comme elle”. Le jugement n’amène rien de bon. En plus, quand on réussit à vraiment se délaisser du jugement sur notre tapis, ça devient plus facile de s’en délaisser dans la vie de tous les jours. Même chose pour la compétition. Il ne faut pas pratiquer le yoga avec un esprit de compétitif. On est là pour nous et on le fait que pour nous. Comme je l’ai dit plus haut, tout le monde est différent et a un corps différent. Chacun fait la posture comme son corps le veut. Enfin, il est important de ne pas se créer d’attentes envers nous-mêmes. Il se peut, par exemple, qu’en faisant une posture sur une jambe tout aille bien, mais lorsqu’on passe à l’autre jambe, on perde l’équilibre. C’est tout à fait normal. Notre corps n’est pas pareil des deux côtés. Ça ne veut pas dire qu’on est mauvais pour autant. Lorsqu’on n’a pas d’attente, on évite d’être déçu ou fâché.

7. Un chemin et non une destination

Avec la pratique et le temps, je me suis rendue compte que le but du yoga n’est pas de faire les postures dignes d’Instagram. Pour moi, le but du yoga c’est la transformation qui se fait en moi, l’évolution de la personne que je suis et les changements faits sur mon mental. À mon avis, on ne peut cesser d’apprendre sur nous-mêmes et de s’améliorer en tant que personne en pratiquant le yoga. Je crois donc que le yoga est un chemin plutôt qu’une destination!

8. Reflet

Enfin, comme je l’ai mentionné dans quelques points plus haut, la façon dont on pratique le yoga se reflète dans notre quotidien. Si on est du genre à se critiquer et se juger tout au long de la pratique, il est aussi possible que dans la vie, on juge beaucoup. Si on est du genre à avoir un langage négatif lors de notre pratique, il se peut qu’il le soit aussi en dehors du tapis. Notre pratique en dit beaucoup sur comment on agit face à diverses situations de la vie. Je vous invite donc à prendre conscience de votre pratique la prochaine fois que vous faites du yoga. Portez attention à vos pensées, vos actions. Prenez le temps de remarquer comment vous vous sentez. Au besoin, travaillez sur les choses que vous aimez moins sans vous jugez.

J’espère que ce texte vous aura inspiré.

Namasté