Déjà le premier mois du défi ZÉRO dépense de réalisé! Je suis très fière de ce mois et surprise des apprentissages que j’ai faits. Comme expliqué dans un article précédent, j’ai commencé le défi ZÉRO dépense le 1er septembre pour devenir plus consciente de mes achats, mais également pour économiser de l’argent pour des futurs projets.

ZÉRO dépense

Voici donc un résumé de ce premier mois!

Dépenses que je m’étais autorisées

Évidemment, chaque mois, nous avons des obligations de paiements (loyer, internet, assurances, etc.). Ces dépenses ainsi que d’autres que j’ai listées dans l’article Défi ZÉRO dépense – Introduction, sont permises. Ce mois-ci, mis à part ces paiements obligatoires, j’ai dépensé pour des jeans dont j’avais réellement besoin et que j’avais inscrits dans ma liste d’achats autorisés (2 paires).

Mes réussites

J’ai eu plusieurs réussites ce mois-ci concernant mes dépenses. Plusieurs fois, j’aurais aimé aller travailler dans un café, aller manger au resto parce que j’étais fatiguée et que je n’avais pas envie de me faire à souper. Par contre, quand ça arrivait, j’ai tout de suite pris conscience de mes pensées et j’ai pu me remémorer mon défi. Ça m’a beaucoup aidé à ne pas dépenser pour des trucs qui n’étaient pas nécessaires.

J’ai aussi pris la bonne habitude de prendre toutes mes dépenses en note pour voir clairement où allait mon argent. Je pense que de prendre ses dépenses en note (je le fais dans un fichier excel) aide énormément à se conscientiser à celles-ci.

Mes échecs

Je me suis laissée tenter par quelques trucs. J’ai été au resto quelques fois quand même (mais la plupart du temps, je réussissais à faire mes repas!), j’ai été manger une crème glacée et j’ai acheté une lampe de lecture. J’ai aussi dépensé pour quelques morceaux de vêtements que je n’avais pas planifiés (des cardigans). Par contre, tous ces achats ont été faits avec l’argent que je possédais et non par crédit. J’inclus ces quelques achats dans mes échecs puisque j’aurais pu économiser au lieu de les acheter.

Mes apprentissages

Prendre conscience de ses pensées

  • On a souvent des genres d’impulsions d’achats. On pense à un objet, un morceau de vêtement et on sent qu’on devrait l’avoir et qu’on serait « donc plus heureux » avec cette chose. Lorsque ces pensées arrivent, il est important d’en prendre conscience parce que ce ne sont pas toujours des pensées réalistes. Ce mois-ci, j’ai essayé de prendre conscience de mes pensées chaque fois que j’avais envie d’acheter quelque chose. Je me posais des questions par la suite comme : pendant combien de temps vais-je l’aimer, cet objet? Pourquoi est-ce que je veux cet objet? Sera-t-il réellement utile? Pourrais-je m’en passer? Est-ce que cet objet me donnerait plus de bonheur comparativement à l’argent que je pourrais économiser pour un projet?
  • On a aussi tendance à se sentir mal, à se sentir comme une mauvaise personne lorsqu’on dépense pour quelque chose dont on n’avait pas réellement besoin. Par exemple, quand j’ai acheté mes cardigans, je croyais qu’ils étaient vraiment utiles. Après les avoir lavés et portés quelques fois, je me suis rendu compte que oui, ils me rendent heureux, mais que c’était des dépenses peut-être futiles. C’est certain qu’ils me sont utiles, mais que j’aurais pu faire sans. J’en ai d’autres cardigans. Il m’est alors venu un sentiment négatif, comme si j’étais « mauvaise » d’avoir fait ce choix. Avec du recul, je me dis qu’on s’en fait avec des choses très peu graves. Il ne faut pas être trop dur envers soi-même. On fait de notre mieux, avec les connaissances et les ressources dont on dispose. Et puis, il faut relativiser… Ce n’était pas une dépense de 1000$ non plus!

Apprendre de nos échecs

Je pense qu’on grandit chaque jour et qu’on peut toujours apprendre de nos erreurs et de nos échecs. Par exemple, lorsque je me suis endettée, j’ai appris que c’était bien mieux de payer avec l’argent qu’on possède. Le mois dernier, j’ai dépensé pour des choses moins utiles, mais tout de même avec de l’argent que j’avais de disponible dans mon compte. Maintenant, l’apprentissage que j’ai fait après avoir dépensé pour des trucs moins importants, c’est que j’aurais pu mettre cet argent de côté pour un projet qui me tient beaucoup plus à cœur qu’un cornet de crème glacée!

Un cheminement et non une fin

Je pense que la vie est un cheminement, qu’on ne doit pas être trop dur envers soi-même. Durant mon premier mois de défi ZÉRO dépense, j’ai vu certaines choses comme étant des échecs, mais sans me morfondre et me taper sur la tête. J’accepte d’avoir fait ces choix et tout ce que je peux en retirer aujourd’hui, ce sont des leçons pour le futur. Alors, à quoi bon être négative? On doit plutôt se consacrer sur le positif. Mon positif dans cette histoire est notamment d’avoir dépensé avec l’argent que je possédais et de ne pas avoir utilisé mon crédit et d’avoir diminuer mes dépenses au maximum. Ça, ça me rend fière!