On entend beaucoup parler du minimaliste, mais aujourd’hui j’ai envie de vous parler de consommation responsable. Bien que le minimaliste soit un concept qui m’interpelle, ce ne sont pas toutes les définitions qui m’accrochent. Pour plusieurs, être minimaliste c’est se départir de ce qu’ils n’utilisent pas ou de ce qu’ils ont en double, de posséder le moins d’objets possibles, d’acheter local, etc. En fait, le minimaliste semble avoir plusieurs définitions selon la personne qui en parle.

La consommation responsable

Après avoir réfléchi à cette « mode », j’en suis venue à comprendre que je ne pouvais pas nécessairement me dire minimaliste. Je suis plutôt une personne qui consomme de façon responsable. La consommation responsable ne veut pas dire se départir de plusieurs objets, mais plutôt de faire attention à ce qu’on achète. La consommation responsable ne veut pas dire posséder le moins d’objets possible, mais plutôt posséder des objets utiles et durables.

Bref, la consommation responsable, pour moi, c’est de consommer et d’acheter des choses utiles et durables pour moins produire de déchets. Dans cet article, je vous explique comment je fais et comment j’applique ce mode de vie à mon quotidien. Je ne prétends pas être une consommatrice responsable hors pair. J’ai encore beaucoup à apprendre et à changer pour m’améliorer. Au final, personne ne peut atteindre la perfection. On ne fait que de notre mieux!

Achats

Nourriture

Avant d’aller à l’épicerie, je prépare toujours (ou presque!) une liste des repas de la semaine. J’essaie de planifier les restes pour les lunchs ou pour plusieurs autres repas. Ensuite, je fais ma liste d’ingrédients à acheter. Après avoir écrit ma liste d’achat, je m’assure que j’ai réellement besoin de tout ce qui se trouve dessus. Je regarde donc dans mon frigo et garde-manger pour m’assurer que je ne vais pas acheter quelque chose que j’ai déjà à la maison.

Je vous conseille également de faire le ménage de votre frigo. Avant ou après avoir fait l’épicerie, comme vous voulez. Juste le fait que le frigo soit propre et bien rangé aide à connaitre ce qu’on retrouve à l’intérieur. De cette façon, on diminue le risque de gaspillage de nourriture (et d’argent aussi, on va se le dire!).

Vêtements

En ce qui concerne mes vêtements, je peux vous assurer que j’ai encore plusieurs chandails qui datent d’il y a 6-7 ans. Évidemment, je me suis acheté d’autres morceaux parce que c’est toujours plaisant de rafraichir notre garde-robe, mais aussi parce que nos goûts et nos besoins changent.

Toutefois, quand je dois m’acheter une nouvelle paire de jeans ou un nouveau chandail, je m’assure que j’en ai vraiment besoin. En ce qui concerne les pantalons, j’en achète seulement lorsque nécessaire. Si j’ai une paire de jeans brisée, je vais m’en acheter une nouvelle. Pour les chandails, j’essaie plutôt d’en acheter qui sont différents de ce que j’ai actuellement. J’aime le classique, mais j’aime aussi sortir du lot. Bien sûr, lorsque mes chandails ont un trou ou qu’ils sont tachés, je m’en achète des nouveaux.

Pour ce qui est des manteaux, tuques, foulards, souliers, bottes et compagnie, je suis très peu équipée. En fait, j’ai un item de chaque, si on peut dire, mais qui peut aller avec plusieurs situations. Par exemple, lorsque j’ai acheté mon manteau d’hiver, je me suis assurée qu’il allait bien aller pour les jours de semaines quand je vais à l’école et pour les jours plus chic quand je dois par exemple porter une robe. Même chose pour mes bottes! Ensuite, j’ai un foulard, une tuque et une paire de mitaines. Je vis très bien avec tout ça.

Lorsqu’on va dans les magasins, c’est facile d’avoir envie de s’acheter un nouveau morceau. Tsé, juste un nouveau t-shirt, ça ne fait pas de mal à personne. Mais on doit faire attention que notre achat soit un réel besoin. C’est pourquoi j’essaie également d’aller le moins possible au centre d’achat. Ou du moins, maintenant que j’ai pris conscience de mes besoins, je peux diminuer mon envie de m’acheter un nouveau morceau lorsque je suis au magasin.

Pour ma garde-robe, j’ai également essayé de faire le défi 333. En 2016, je croyais être une personne minimaliste, mais comme vous l’avez vu ici, j’ai changé un peu. Sauf que, cette méthode de ranger ses vêtements est très agréable. Je l’ai fait pendant quelques mois, mais j’ai arrêté parce que je n’ai plus tant de vêtements (Je trouve!). En fait, je sépare plutôt mes vêtements en saison: hiver et été. Je fais donc la rotation quand la saison arrive.

Réparation et réutilisation

Vous l’avez peut-être deviné dans avec le sous-titre: j’aime réparer les choses brisées au lieu d’aller acheter de nouveau l’item en question. Évidemment, certaines choses ne sont pas réparables. Par exemple, un chandail troué, des chaussures trouées, etc. Mais on s’entend qu’on jette plusieurs choses qui sont clairement réparables. L’autre jour un de mes cadres a brisé et je l’ai réparé. J’aurais pu le mettre à la poubelle et m’en achète un autre, mais j’ai plutôt sauvé de l’argent et des déchets. Quand l’hiver est arrivé, je me suis rendu compte que mon manteau était troué. J’ai pensé m’en acheter un autre, mais il était encore très utilisable. J’ai donc demandé à ma belle-mère de le réparer.

Si je possède quelque chose que je ne veux plus, c’est certain que je vais essayer de lui redonner une deuxième vie. Soit je réutilise l’item (par exemple, un chandail troué peut devenir un “torchon”), soit je le vends sur Kijiji ou sur une page Facebook (quand c’est quelque chose de réutilisable) ou soit je le donne à un organisme.

Bref, il existe plusieurs façons d’avoir une consommation responsable. Nous devons prendre le temps de repenser nos valeurs, repenser nos comportements de consommateur et voir quelles actions nous pouvons réaliser. Ainsi, on consomme beaucoup moins pour rien (allo le portefeuille) et cela permet d’éviter de créer des déchets inutiles à notre planète qui en subit déjà beaucoup!