Récemment, j’ai lu un livre qui m’a fait réaliser que dans la vie, rien ne bouge et ne change sans qu’on passe à l’action. Ce livre s’intitule Qui a piqué mon fromage?

Voici ce que dit la quatrième de couverture:qui-a-pique-mon-fromage

La vie est un labyrinthe. Et ce serait tellement plus simple si nous en avions la carte, s’il suffisait de suivre le train-train quotidien… Mais non! Tout bouge, tout évolue, en amour, en famille, au travail, en société. Alors, adaptons-nous! Qui a piqué mon fromage? est l’histoire édifiante de deux tout petits hommes, les “minigus” Polochon et Baluchon, et de deux souris, Flair et Flèche, qui évoluent dans un labyrinthe. Les quatre compères se repaissent de fromage tous les jours à un endroit précis du dédale. Mais un beau matin, leur gruyère vient à disparaitre. Cette épreuve prendra les uns au dépourvu…et sera surmontée avec brio par les autres.

Le fromage symbolise les objectifs personnels, familiaux ou professionnels que chacun se fixe. Le labyrinthe représente le cadre de notre quête – le couple, le foyer, l’entreprise ou la société. Et les quatre personnages incarnent, chacun à sa mesure, une part de nous-même.

Cette fable souriante vise à chasser nos peurs, nos inhibitions et nos préjugés face au changement. Elle nous incite à l’anticiper, à le dédramatiser, et même à nous en réjouir.

Il est moins dangereux d’explorer le labyrinthe que de rester sans fromage.

Tout le monde réagit différemment au changement qui survient dans notre vie, qu’il soit prévu ou pas. Il y a des personnes, comme Polochon, qui redoutent tout changement. Elles ne se posent pas trop de questions et attendent passivement que tout revienne comme avant. Ce genre de personne évite habituellement tout changement. Pourtant, rester dans l’attente sans rien faire n’aide pas, à mon avis, à voir le changement positivement. C’est plutôt un plan pour rester dans le passé. Je crois qu’il faut plutôt agir comme le font Baluchon et les souris. Les personnes comme Baluchon sont capables de s’adapter au changement lorsqu’ils réalisent, qu’en fait, celui-ci amène une meilleure vie. En contrepartie, il y a le type de personnes, comme les souris Flair et Flèche. Celles-ci voient venir le changement et sautent dans l’action pour changer vers la prochaine direction. Elles peuvent être bouleversées par le changement, mais ne se laissent pas abattre par celui-ci. Elles vont plutôt de l’avant et apprivoisent le changement.

Je me suis rendue compte en lisant ce livre que j’étais plutôt comme Baluchon. Au départ, je suis plutôt réticente. Cependant, après un moment de réflexion sur ce qui s’en vient, je considère souvent le changement comme étant pour le mieux. C’est parfois difficile d’y faire face. On est habitué d’être dans notre routine quotidienne. Un changement peut venir tout bouleverser. À mon avis, c’est important de prendre le temps de vivre chaque moment, mais il ne faut pas rester dans le passé. Il faut revenir dans le présent et continuer notre vie.

Le changement survient souvent lorsqu’on s’y attend le moins. Je crois qu’il ne faut rien tenir pour acquis et toujours être préparés à toutes éventualités. Si on a de la facilité à se virer sur un dix cents comme on dit, le changement ira bien. Cependant, si on est résistant au changement, on sera probablement plus malheureux.

Baluchon était bien obligé d’admettre que le plus gros obstacle au changement se trouvait en chacun, et que les choses ne pouvaient s’améliorer que lorsqu’on changeait soi-même.

Et vous, quel personnage vous décrit le mieux?