Éduquer et élever mes enfants comme si j’allais mourir demain. Je sais que ça peut paraître excessif, mais il n’en est rien. Ils ne sont pas conscients de cela, eux ils vivent leur enfance comme des enfants normaux. Moi je vis ça comme un privilège de passer une journée de plus avec eux, alors j’essaie de donner mon 100% pour me coucher le soir et sentir que je peux partir en paix, quoiqu’il arrive.

maman etoile

Quand j’ai acheté le livre, je l’ai pris pour la couverture (je fais souvent ça, choisir un livre qui m’inspire de par son extérieur, sans lire la 4e de couverture). J’avais entendu parler de Jolyanne dans une émission de télé, mais je ne savais pas qu’un livre était sorti sur sa vie. La couverture m’a interpelée, j’ai pris le livre et l’ai acheté. Dès que j’ai commencé à le lire, j’ai su que ça allait changer ma perception de la vie. L’auteure nous la présente sous son jour naturel, une fille qui aime la vie, qui est choyée, comblée et qui le sait. Une fille à qui on a le goût de ressembler, à qui on a le goût de s’attacher dès les premières pages. J’ai tellement pleuré pendant cette lecture, je l’ai lu en 2 jours. Ce fut intense, mais je ne pouvais arrêter ma lecture. J’ai lu ce livre dans un moment de ma vie où j’avais très peur de la mort. Une peur malsaine qui me faisait parfois faire des choix ridicules pour ne pas nous mettre à risque ma famille et moi.

Quand j’ai lu ce livre, une évidence m’a frappé…j’ai beau vouloir tout prévoir, tout planifié, mais la maladie, ça ne se planifie pas. Ça arrive, ça te pète dans la face sans avertir et après il faut que tu « deal » avec. Et là, je me suis mis à non pas avoir peur de mourir, mais que ça arrive et que j’aie passé à côté de ma vie et de ce qui compte le plus pour moi : mes enfants. Ça m’a aidé à mettre beaucoup de choses en perspectives. À revoir ce qui compte pour moi en tant que mère, en tant que femme. Entre autre, ça m’a permis de terminer mes études parce que pour moi c’est important de m’épanouir professionnellement et d’être gratifiée par le fait que je me rends utile aux autres plutôt que par le salaire que je gagne. Ça m’a aussi permis d’offrir du temps de qualité à mes enfants plutôt que de la quantité. Être ensemble, mais être toute là, pas juste à moitié. Que ce soit avec notre conjoint, notre amie, nos enfants, on peut passer le week-end dans la même maison, sans avoir vraiment pris le temps de faire quelque chose ensemble, de vivre quelque chose ensemble. L’importance des repas, pour se voir, se parler, mais aussi du temps pour faire un jeu, discuter, faire une activité qui fait plaisir à l’autre parce que ça fait aussi plaisir de rendre les autres heureux. Participer au bonheur des autres, de ceux qu’on aime, parce que c’est de ça qu’ils vont se souvenir quand on ne sera plus de ce monde. Je suis reconnaissante d’avoir lu ce livre et même si ça engendre certainement des questionnements et des peurs, je crois que ça vaut largement la peine de le lire! Pour ma part, ça a changé ma vie et ma façon d’être maman, conjointe, amie, etc. Je vous le conseille à toutes et je me fais un devoir de le relire chaque année pour ne pas oublier cette jeune femme magnifique qui a su transmettre aux siens tout l’amour qui l’habitait, même jusqu’à la toute fin et au-delà!

Source image: Les Éditions La Presse

presentation-marie-noel